Greffe de cornée

Vous souffrez d'une pathologie de la cornée !

De nombreuses pathologies de la cornée peuvent être traitées grâce à une greffe. Les indications les plus courantes sont liées à une perte de transparence (cicatrices, œdème) ou à une déformation de la cornée (kératocône le plus souvent).

Lorsque les techniques sont bien maîtrisées, les suites opératoires sont simples : le traitement post-opératoire est local (collyre) et peu contraignant.

La greffe est soit transfixiante soit lamellaire. Le choix du type de greffe dépend de la localisation de l'atteinte. Les greffes lamellaires ont l’avantage d’être plus respectueuses de la structure oculaire normale ; la récupération visuelle est ainsi plus rapide.

 

En fonction de la localisation de l'atteinte, la greffe peut être transfixiante ou lamellaire. Lorsqu'elles sont possibles, les greffes lamellaires sont préférées, car elles sont plus respectueuses de la structure oculaire normale et la récupération visuelle est plus rapide.

Greffe de cornée transfixiante

Greffe de cornée endothéliale (ou greffe lamellaire postérieure)

La greffe de cornée endothéliale permet de traiter les atteintes de l'endothélium cornéen. L'endothélium est une fine couche unicellulaire qui tapisse la face interne de la cornée. Ses cellules (endothéliales) ont pour fonction de réguler la quantité d’humeur aqueuse de l’œil qui s’infiltre naturellement dans la cornée.

Les cellules endothéliales peuvent devenir moins nombreuses en raison de :
1/ Pathologies :  la plus connue est la cornea guttata (dystrophie de Fuchs)
2/ Traumatismes, le plus souvent chirurgicaux : par exemple une opération de la cataracte difficile ou certaines lentilles intra oculaires placées contre la face interne de la cornée pour corriger la myopie.

Les cellules endothéliales ne peuvent pas se régénérer. Lorsque leur nombre est trop faible, la fonction de pompe endothéliale devient insuffisante. La quantité de liquide contenue dans l'épaisseur de la cornée devient alors trop importante. C'est ce que l'on appelle l'œdème de cornée. La cornée perd sa transparence ; la vision en est altérée.

Auparavant, l’œdème de cornée était traité par une greffe transfixiante (greffe totale) qui consistait à remplacer toute l'épaisseur de la cornée. Cette technique nécessitait une incision de la cornée à 360°. La technique chirurgicale actuelle -  la greffe endothéliale - consiste à apporter de nouvelles cellules endothéliales. Cette technique permet de remplacer uniquement la partie malade de la cornée : la couche endothéliale.

Les avantages de cette greffe partielle sont principalement liés à la taille réduite de l'incision :

  • Le traumatismeoculaire est limité
  • L’astigmatisme induit est faible
  • Il n’ y a aucun point de suture
  • L’anesthésie locale est possible

La récupération visuelle dure environ 1 mois (contre 1 an avec une greffe transfixiante). Elle est en moyenne de 6/10 et peut atteindre 10/10. Après l’opération il est nécessaire de porter des lunettes pour corriger l’astigmatisme induit mais la correction est généralement faible, contrairement à la correction nécessaire après une greffe transfixiante qui induit un astigmatisme de 4 à 5 dioptries en moyenne.

Le déroulement et les suites de la greffe de cornée endothéliale sont similaires à ceux de l'opération de la cataracte.

Le déroulement de l'intervention :

L'opération se déroule en ambulatoire comme pour l’opération de la cataracte. Vous entrez en clinique le matin de l'opération et vous pouvez rentrer à votre domicile le soir même.

L'anesthésie est le plus souvent locale. L'intervention dure environ 20 minutes. Elle consiste à :

  • prélever sur un greffon cornéen une fine lamelle portant des cellules endothéliales saines
  • retirer la couche endothéliale malade du patient par une petite incision
  • insérer par l’incision une lamelle portant les cellules endothéliale saines
  • maintenir cette lamelle plaquée sur la face interne de la cornée grâce à l'injection d'une bulle d'air (qui va s'évacuer toute seule en quelques heures) 
 
 LES SUITES OPÉRATOIRES

Les suites opératoires sont généralement quasi indolores. Une sensation de "grain de sable" est fréquente durant les premières heures. Des maux de têtes sont possibles.

Le traitement post-opératoire est local (collyres). Il dure 9 mois. L’objectif est de prévenir une infection post-opératoire et de réduire le risque de rejet.

Pendant la semaine qui suit l’opération, vous devez :

  • éviter les ambiances poussiéreuses
  • ne pas vous frotter l'oeil
  • vous désinfecter souvent les mains grâce à un gel hydroalcoolique, notamment lors de l'instillation  des collyres

Votre suivi post-opératoire consistera en plusieurs visites de contrôle: le lendemain de l'opération, à 8 jours, à 1 mois, à 3 mois, à 1 an, puis tous les ans.

 

Vous serez sans doute également intéressé par :