NOTRE OEIL, UN BIEN PRÉCIEUX

La vue est le sens le plus sollicité.

Elle permet de percevoir les couleurs, les formes, les positions. Elle est essentielle pour intégrer et apprécier le monde qui nous entoure, pour communiquer avec les autres. Contempler la nature, observer un tableau, lire un livre, se déplacer, travailler, créer...


L’œil humain est directement relié au cerveau. C’est un globe de 2,2 à 2,5 centimètres de diamètre ; il pèse entre 7 et 8 grammes. Il doit sa mobilité à 6 muscles extra-oculaires dédiés à la fixation et au mouvement du globe oculaire. Un 7ème muscle commande la paupière supérieure. 

Ultra performant, l’œil est un organe complexe et fragile. Pour le préserver, et ainsi conserver une bonne vue, consultez régulièrement votre médecin ophtalmologiste.

LA VISION, UN APPAREIL PHOTO INTELLIGENT !

Nous pouvons comparer notre vision à un appareil photo ou à une caméra. Le rôle du diaphragme est tenu par la pupille, située au centre de l’œil (orifice noir).
C’est le cristallin qui fait la mise au point, exactement comme l’objectif d’une caméra ou d’un appareil photo.
Enfin, la rétine transforme la lumière reçue en impulsions électriques que le cerveau traduit en images.

Au final, c’est donc le cerveau qui délivre la vision. L’œil et ses annexes sont des organes intermédiaires.

VOUS SOUHAITEZ RECEVOIR PLUS DE RENSEIGNEMENTS SUR l'OEIL ?

N’hésitez pas à nous contacter, nous répondrons à toutes vos questions.

MISE EN LUMIÈRE

Contrairement à certaines espèces animales, l’humain ne peut pas voir sans lumière. Tous les flux lumineux qui entrent dans l’œil sont régulés par l’iris. Le diamètre de la pupille s’ajuste en fonction de la quantité de lumière. En pleine lumière, le diamètre de la pupille est réduit ; on parle alors de myosis. S’il fait nuit ou que l’on se trouve dans un endroit sombre, la pupille est dilatée (c’est le phénomène de mydriase) pour permettre à un maximum de lumière de pénétrer dans l’œil.
 Le flux lumineux traverse les milieux oculaires comme le cristallin et le corps vitré.
Pour que le cerveau puisse interpréter correctement le flux lumineux, la vision des deux yeux doit être cohérente.


Dans certains cas, les deux yeux transmettent au cerveau une image différente provoquant ainsi des troubles visuels. On retiendra par exemple le strabisme : chaque œil transmet une image différente au cerveau car les deux axes visuels ne pointent pas vers le même objet. Si l’anomalie n’est pas corrigée suffisamment tôt, le cerveau risque, à force, d’occulter l’image d’un œil.
Il est utile de savoir que pour chaque individu, l’un des yeux est dominant. La connaissance de son œil directeur est important pour les sports de visée comme le tir.